Daniel Gueguen

Clairement orientés pro-EU la Présidence Macron et son Gouvernement s’attèlent à une remise En Marche de l’Union Européenne. Très bien. Il faut se souvenir que les dernières années rappellent la période 1980-85 caractérisées par la méfiance et la paralysie de l’Union.

 

C’est en 1985 que Jacques Delors est nommé Président de la Commission avec pour objectif là aussi de remettre la CEE En Marche. Delors dans sa mission de reconstruction va s’appuyer sur 3 piliers : un très solide couple franco-allemand (Mitterand-Köhl), un objectif concret (le Marché Unique de 1993) et une réforme majeure des Traités (L’Acte Unique de 1986 qui facilite la prise de décision communautaire).

 

Pour M. Macron, la restauration du couple franco-allemand est en bonne voie, l’émergence d’un nouveau projet européen semble se dessiner autour d’une gouvernance économique de l’Euro. Reste le troisième pilier. Rien ne se fera avec le système de décision actuel devenu bureaucratique, lourd, opaque compliqué. Bref inefficace. Aucune redynamisation de l’UE ne sera possible sans remettre en cause un système de décision devenu inefficace. Vouloir agir sur le contenu sans améliorer la méthode sera voué à l’échec.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print

Leave a Reply