Daniel Gueguen

S’agissant des vacances d’été, les rythmes scolaires et rythmes des lobbyistes ne vont pas de pair. Tandis que les congés d’été des écoliers tendent à se réduire, ceux des lobbyistes européens tendent à s’allonger. Cette année donne aux observateurs le sentiment non plus d’un pont du mois d’août, mais quasiment d’un viaduc – que dis-je d’un gouffre – avec un agenda européen au ralenti de la fin juin à la mi-septembre (au mieux).
Cette longue période de sous activité due à des Institutions européennes au ralenti devrait permettre aux acteurs de l’Europe de mettre à jour leurs connaissances tant il est vrai que le système s’est durablement complexifié avec la généralisation des trilogues, la multitude d’actes délégués ou d’exécution, les innombrables exceptions ou dérogations des nouvelles procédures de décision. Même la communication doit devenir plus personnalisée et moins compliquée. La plupart des position papers sont trop techniques et personne ne les lit, écrivait récemment Aaron Mc Loughlin, numéro 2 du CEFIC.
Or, c’est l’inverse qui se produit et l’on observe une série de signes inquiétants. En gros les seuls livres qui se vendent sur l’Union européenne sont les manuels pour préparer les concours administratifs. Mes propres ouvrages sur le labyrinthe communautaire, la comitologie, les techniques de lobbying se vendent dix fois moins qu’il y a dix ans. Idem pour la formation. Voici encore peu, le European Training Institute, aujourd’hui disparu, formait entre 1.500 et 2.000 lobbyistes par an. Aujourd’hui, le marché se limite à quelques formations le plus souvent courtes et dont les prix ont eux aussi été divisés par 2 en dix ans.
Tout ceci n’est pas un bon signal car le succès en lobbying implique trois conditions dont deux correspondent à de nouvelles exigences : d’abord, bien sûr maîtriser son dossier technique, rien de nouveau à ce niveau-là. Mais s’y ajoutent désormais la nécessité de comprendre le processus décisionnel de chaque dossier (car désormais chaque dossier a son environnement institutionnel propre) et de communiquer de manière plus concrète, plus active, plus personnelle. De passer en quelque sorte de la rédaction besogneuse de position papers techniques au story telling plus exigeante en temps et en créativité, mais qui impacte.
Bref, il importe à chaque professionnel d’adapter ses compétences à ce nouvel environnement. Lisez, apprenez, formez-vous, …. Plus le système se complique, plus vous devez le comprendre pour en tirer toutes les marges d’influence possibles. En d’autres termes, maîtriser la complexité pour … la simplifier à votre avantage.
Suivez vos bonnes résolutions et rejoignez-nous pour un Workshop sur la législation secondaire dans l’UE, enregistrez-vous ici (lien)

 

Dates disponibles : 15/09 – 10/10 et bientôt : 17/11 – 5/12

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print

Leave a Reply