Daniel Gueguen

Pour permettre à la Chambre des Communes, au Conseil des Ministres et au Parlement européen d’approuver le paquet de négociations avant le 29 mars 2019, celles-ci doivent se terminer fin octobre 2018 au plus tard. Compte tenu des mois d’été, fin octobre 2018, c’est demain !

Non seulement les négociations avancent depuis des mois à la vitesse de l’escargot, mais le Royaume-Uni n’a toujours pas choisi son objectif. Suite à un vote d’initiative, la Chambre des Lords demande que le pays demeure dans le tarif douanier extérieur commun. Non, répond le Gouvernement car on ne pourrait pas renégocier des accords de libre-échange plus avantageux.

L’option de la zone de libre-échange EU-UK interdit de facto qu’elle recouvre l’ensemble des services, notamment les services financiers. Quant au maintien dans le marché unique, il obligerait les britanniques à autoriser la libre circulation des travailleurs.

Or ces trois options semblent les seules possibles. Dans le même esprit la question de la frontière avec l’Irlande demeure insoluble. Les négociations avec l’OMC n’ont pas débuté. Et comme me le disait récemment un des principaux négociateurs de l’UE : « chaque fois que l’on aborde un nouveau sujet, c’est comme si on soulevait une pierre recouvrant des scorpions ».

Donc nous en sommes nulle part et personne ne semble s’en inquiéter ni du côté du Royaume-Uni (chaque jour qui passe est une victoire pour Mme May), ni du côté de Bruxelles qui joue en défense et attend du demandeur les initiatives que réclame un tel dossier.

Et si tout ceci n’était qu’une vaste conspiration pour que tout reste en l’état et qu’un échec du Brexit soit présenté à l’opinion comme relevant de l’inéluctable, comme n’étant de la faute de personne. On se souvient de la fameuse phrase de Trancredi dans le Guépard : « il faut que tout change pour que rien de change ».

Je commence sérieusement à me poser la question.

Tweet about this on TwitterShare on Facebook0Share on Google+0Share on LinkedIn0
Author :
Print

Comments

Leave a Reply